Moorea, voyage sur un petit bout de paradis ?

with Pas de commentaire

La Polynésie, le rêve de beaucoup

Moorea, Tahiti, la Polynésie Française. Cette destination rêvée par beaucoup de touristes dans le monde entier.
Du soleil, des plages de sable blanc, l’eau à 30°, les cocotiers … Un décor paradisiaque.
Mais qui a un prix ! Et qui donne à réfléchir !
Je devais voir ça de plus près pour en avoir le cœur net.
Puis je vous l’avais promis dans l’article « On a pris les commande d’un Airbus A320 » , voici donc l’article sur mon séjour à Moorea.

Pour rallier Papeete depuis Nice, bien évidement l’avion est le moyen le plus simple pour s’y rendre. À moins que vous aillez des mois devant vous pour une longue traversée.
La plupart des agences de voyage m’ont proposé un Nice – Paris, Paris – Los Angeles, Los Angeles – Papeete, qui est évidement le vol classique depuis la France.
Mais ce n’est pas pour autant le vol le moins cher ! Pour 250 euro de moins, c’est avec Delta que j’ai décollé depuis l’aéroport de Nice direction New York puis l’inévitable escale à Los Angeles avant d’arriver en terre Polynésienne.

 

Moorea

Je suis arrivé tôt le matin sur la belle île de Tahiti et il a fallu prendre le bateau qui effectue la liaison avec Moorea. Seulement 30 minutes de traversée sont nécessaires au Teravau pour rallier Moorea depuis Tahiti.

Moorea vue depuis le bateau a Tahiti
Les deux îles sont visibles à l’œil nue. Et pourtant l’océan pacifique nous montre bien qu’il est roi, avec une haute houle, le Teravau ressemblait à une boite d’allumette rouge jetée à la mer.

Le mythe paradisiaque de la Polynésie n’était pas un mensonge. Depuis le large, l’île de Moorea comme celle de Tahiti, donne l’impression de jaillir de l’eau.
Plus je m’approchais de Moorea plus j’avais les yeux qui pétillaient.
Et je ne savais plus où donner de la tête.
Entre les dauphins qui jouaient à l’entrée de la passe, ce lagon d’un bleu féerique, ces montagnes vertes recouvertes d’arbres tropicaux et une odeur que je ne pourrais pas vous décrire …

À peine arrivé, on se sent déjà bien et à l’aise. Les tahitiens sont très accueillants et très à l’écoute. Constat fait tout au long du séjour. Rares sont les tahitiens qui ont refusé de m’aider, de me renseigner. Je me suis déplacé en scooter sur l’île et même au paradis, il m’est arrivé des mésaventures. J’ai crevé deux fois et à chaque fois, les locaux se sont arrêtés pour me venir en aide.

La mentalité ne fait pas tout. Oui, l’île est magnifique. Il se dirait même que Moorea est la plus belle île de la Polynésie Française.

 

Que faire à Moorea

La plage de Temae, j’y ai passé une bonne partie de mon séjour. Sur la même plage que le Sofitel de Moorea vous y trouverez le sable blanc et l’eau transparente. Mais je suis resté presque choqué de pouvoir trouver une place sur le sable sans avoir 30 personnes autour de moi et ne pas avoir ma serviette sur celle de quelqu’un d’autre. Avoir la plage, pour moi tout seul ou presque… mais quel bonheur !!!

Moorea plage de Temae
La plus grande présence vous la trouverez dans l’eau, avec les poissons, les requins et les raies. Ces dernières viennent se coller à vous comme pour vous dire qu’elles sont douces et que vous n’avez rien à craindre.

Raie sur les plage de Moorea

Moorea, c’est aussi une montagne et une forêt. Plusieurs randonnées sont à faire dans ses forêts. C’est celle des trois cocotiers qui m’a le plus tenté au départ. Le nom me donnait envie alors j’ai foncé.
Àpres une longue marche, je suis arrivé sur l’un des sommets de Moorea avec une vue imprenable sur le lagon et l’île de Tahiti (juste en face).
Bien d’autres sorties, dans cette nature tropicale, sont possibles, à cheval, en quad, en jet ski ou encore en voilier …
Pas le temps de s’ennuyer et le temps passe vite, trop vite …

Coucher de soleil a Moorea

Quand arrive le soir, les hôtels proposent leurs lots de petits spectacles. Ce sont essentiellement des spectacles de danses traditionnelles. Les bars et restaurants ont une très bonne ambiance.
Mais il faut bien l’avouer, si vous êtes un grand fêtard inutile de chercher trop loin, l’île est petite mais ce n’est pas Ibiza. Et vous ne partez pas là bas pour faire la fête mais pour profiter de la « zen attitude » ambiante.
Cependant, à Papeete, les soirées sont bien plus animées si le cœur vous en dit.

Avant de rentrer en métropole, il y a une chose que je voulais absolument voir et que l’on associe souvent à la Polynésie  : les requins.
Lors de ma première plongée, les tahitiens été moqueurs. Eux, qui vivent au quotidien avec les requins, rigolent bien de voir les touristes apeurés.
Même si ils m’ont répété un nombre incalculable de fois qu’il n’y avait jamais eu d’attaque de requins à Moorea, je me suis mis à l’eau non sans une crainte.
Après quelques minutes à regarder autour de soi pour être sur que l’un d’eux ne sait pas mis en tête de m’arracher un bras ou un pied, j’ai retrouvé mon calme et j’ai enfin pu admirer le spectacle sous ces eaux turquoises.

 

Déjà la fin du voyage à Moorea

C’est l’heure de quitter Moorea. Avant de partir, un dernier tour de l’île ( 1h pour faire le tour complet ) et admirer le paysage une dernière fois. J’espère que ce n’est pas pour la dernière fois.
Il est de coutume qu’en arrivant on vous offre un collier de fleur, pour vous souhaiter la bienvenue. De même, il est de coutume de vous offrir un collier de coquillage lors de votre départ que vous ne devez enlever qu’un fois rentrer chez vous, signe que vous reviendrait un jour sur l’île.

Cette île de rêve n’a fait que confirmer son statut d’île paradisiaque. Et je suis sure qu’un bout de plage m’attend, pour que je puisse un jour y poser à nouveau ma serviette.

Tahiti vue de Moorea

 

Et vous, êtes vous déjà allé au paradis qu’est la Polynésie ou elle est encore dans votre bucket list ?

Répondre